Menu Fermer

Dangers liés aux remplissages de mercure, qui est en danger et liste de contrôle pour l’enlèvement – Demandez au dentiste

Les plombages au mercure sont utilisés pour remplir les cavités. Ils sont composés de divers métaux, mais contiennent généralement 50 % de mercure en poids.

Ces amalgames libèrent du mercure qui est non seulement mauvais pour la santé bucco-dentaire, mais qui peut être absorbé par le cerveau, les reins, le foie, les poumons et le tractus gastro-intestinal.

Parce que le mot “mercure” est à juste titre associé à un poison, la communauté dentaire conventionnelle a trouvé des mots beaucoup plus agréables pour décrire ce qu’elle met dans la bouche des patients.

On appelle aussi les plombages au mercure :

Remplissage d’amalgameObturations à l’amalgame au mercureAmballages dentairesAmballages en argentAmballages en argent

Les plombages au mercure sont-ils encore utilisés ?

Oui, les plombages au mercure sont toujours utilisés. Ils sont probablement les plus populaires.

Utilisés aux États-Unis depuis plus de 150 ans, les plombages au mercure sont controversés depuis leur introduction.

Lorsque l’amalgame dentaire a été introduit, la seule association dentaire américaine de l’époque a déclaré que l’utilisation d’obturations au mercure était une faute professionnelle. Après tout, des cas mortels d’empoisonnement au méthylmercure ont fait leur apparition au milieu des années 1800.

Mais ensuite, l’Association dentaire américaine (ADA) a été fondée. Depuis, elle défend l’utilisation problématique de l’amalgame dentaire, qui pose certainement des risques pour la santé publique de nombreux individus.

Au lieu de remplir les cavités avec des amalgames dentaires, chercher un dentiste “sans mercure qui est capable de remplir votre cavité avec une alternative au mercure, comme les plombages en porcelaine ou en composite. De cette façon, vous ne vous exposez pas potentiellement aux effets néfastes de la toxicité du mercure.

Ci-dessous, je vous présente les personnes les plus exposées au mercure provenant des amalgames dentaires et vous explique si vous devez ou non faire enlever vos plombages au mercure.

Quelle est la quantité de mercure dans les amalgames et les plombages en argent ?

Les amalgames et les plombages en argent contiennent environ 50 % de mercure élémentaire en poids.

Quand ont-ils cessé d’utiliser le mercure dans les plombages ? La plupart des dentistes n’ont jamais cessé d’utiliser du mercure dans les plombages. Aux États-Unis, environ la moitié des dentistes utilisent encore l’amalgame dentaire comme matériau d’obturation à faible coût. obturation dentaire option.

L’American Dental Association (ADA) explique que l’amalgame dentaire “contient un mélange de métaux tels que l’argent, le cuivre et l’étain, en plus du mercure”. Comme si “en plus de” minimisait l’importance de la portion de mercure collée dans les dents des patients !

Que contient l’amalgame dentaire ? Voici la répartition approximative des amalgames à faible teneur en cuivre :

50% mercure22-32% argent14% étain8% zincAutres métaux traces

34 Dangers liés aux amalgames

De plus en plus de preuves sont publiées qui montrent que les plombages à l’amalgame peuvent entraîner une toxicité ou un empoisonnement au mercure chez certains individus.

Les plombages en amalgame sont la première source d’exposition au mercure chez l’homme. Les autopsies révèlent que les corps remplis d’amalgame ont 2 à 12 fois les niveaux de mercure présents dans leur peau que les corps sans amalgame.

Les plombages au mercure peuvent-ils causer des problèmes de santé ? Des preuves scientifiques ont établi un lien entre les plombages à l’amalgame et les problèmes de santé suivants :

Les allergiesLa maladie d’AlzheimerSclérose latérale amyotrophique (Maladie de Lou Gehrig) AnxiétéPerte d’appétitTroubles du spectre autistiqueMaladies auto-immunesQuestions cardio-vasculairesSyndrome de fatigue chroniqueDépressionPerturbation endocrinienneGingiviteHallucinationsMaladies de têtePerte auditiveInsomnieProblèmes rénauxProblèmes hépatiquesPerte de mémoireChangements d’humeurSclérose en plaquesProblèmes du système nerveuxCancer de la boucheLichen planus oralLa maladie de ParkinsonFausse couche ou la mort du nouveau-néMaladie parodontaleDysfonctionnement reproductif/infertilitéQuestions respiratoiresSyndrome des jambes sans reposIdées suicidairesTroubles de la thyroïdeTrémorsPerte de poids

Pourquoi utilise-t-on encore des amalgames ?

Les plombages en amalgame sont toujours utilisés parce qu’ils sont peu coûteux et durables, bien que de nombreuses personnes aient signalé des effets néfastes dus à l’exposition au mercure des plombages en amalgame.

Les plombages en amalgame sont bon marché – souvent des centaines de dollars de moins que les autres matériaux d’obturation. Le mercure est durable, mais il épouse facilement la forme de votre dent. Le mercure est antibactérien. Les amalgames tuent les bactéries qui les entourent et peuvent empêcher la propagation de la carie dans la structure dentaire à laquelle ils sont liés. Beaucoup de gens ne ressentent jamais les effets néfastes des amalgames sur leur santé, c’est pourquoi la plupart des agences gouvernementales et sanitaires les considèrent encore comme globalement sûrs à utiliser.

Que disent les agences gouvernementales et sanitaires sur les plombages au mercure ?

L’ADA affirme que l’amalgame est “précieux, viable et sûr”. La Food and Drug Administration (FDA) américaine affirme que l’amalgame dentaire est sans danger pour toutes les personnes âgées de plus de 6 ans et les Centers for Disease and Prevention (CDC) admettent que les restaurations à l’amalgame représentent un faible niveau d’exposition au mercure.L’Agence de protection de l’environnement (EPA) admet que les cabinets dentaires qui se débarrassent des amalgames dentaires sont la première source de mercure dans les stations d’épuration des eaux usées. L’Organisation mondiale de la santé (OMS) affirme que la faible quantité de mercure provenant des amalgames dentaires n’entraîne pas de problèmes de santé. Pourtant une autre page L’Union européenne a interdit l’utilisation de plombages au mercure chez les enfants de moins de 15 ans, ainsi que chez les femmes enceintes ou allaitantes. Plusieurs pays européens sont sur le point d’interdire complètement les plombages au mercure dans les années à venir.

Qui est le plus à risque avec les plombages au mercure ?

Enfants moins de 15 ansFemmes enceintes, femmes qui allaitentBruxellois (personnes qui grincent des dents)Personnes avec Mutations MTHFRLes personnes âgées qui ont des plombages à l’amalgame depuis longtempsCeux qui sont déjà régulièrement exposées aux métaux lourds (comme les personnes qui travaillent avec du mercure industriel)Celles qui sont exposées à des CEM excessifs (fréquences électromagnétiques)

Mâcher, boire des liquides chauds et même se brosser les dents peuvent légèrement augmenter le mercure libéré dans votre corps.

Le Dr Oz et le Dr Gerry Curatola ont discuté de la façon dont les plombages en amalgame libèrent des vapeurs de mercure lorsqu’ils se brossent les dents pendant quelques secondes seulement.

Les recherches indiquent que les dentistes, les étudiants en médecine dentaire et le personnel dentaire qui travaillent avec cette forme de mercure sont également exposés à des niveaux dangereux d’exposition au mercure.

Faut-il faire enlever les amalgames ?

Oui, vous devriez faire enlever vos plombages en amalgame, si votre dentiste examine votre cas unique et détermine qu’il est judicieux. C’est la réponse simple.

Les professionnels des soins dentaires doivent prendre cette décision avec leur patient au cas par cas. Le problème que pose l’enlèvement d’un matériau de restauration fabriqué avec du mercure est que l’acte d’enlèvement peut vous exposer à plus de mercure que le fait de le laisser à l’intérieur.

Parlez à votre dentiste de la possibilité d’enlever vos plombages si l’un des points suivants est vrai :

Vous avez des taux de mercure importants qui circulent dans votre sangVous présentez des effets indésirables de l’exposition au mercure (insomnie, faiblesse musculaire, vertiges, sautes d’humeur, maux de tête, tremblements, etc.

Tout d’abord, vous devez faire contrôler vos taux de mercure. Si vous n’avez pas une quantité importante de mercure en circulation dans votre sang, ou si vous ne présentez pas d’effets néfastes visibles, il ne vaut peut-être pas la peine de faire enlever vos plombages à l’amalgame.

Il faut également tenir compte du fait que vous êtes une femme enceinte ou que vous nourrissez un nouveau-né au lait maternel.

Vous êtes le plus exposé au mercure dans les 24 heures qui suivent la pose de l’amalgame dentaire, puis dans les 24 heures qui suivent son retrait.

Faut-il retirer les plombages au mercure ? Oui, les plombages au mercure doivent être retirés, à condition que votre dentiste ait examiné votre situation et l’ait jugée appropriée.

Si vous ne présentez aucune réaction allergique, aucun problème de santé chronique ni aucun taux de mercure traçable, le retrait des amalgames peut vous exposer à une plus grande quantité de mercure pour une raison minime, voire nulle.

Si vous vous faites enlever vos plombages au mercure, assurez-vous de vous rendre dans un centre “sûr pour le mercure”. dentiste fonctionnel qui utilise la méthode SMART d’élimination du mercure.

Après avoir fait enlever vos plombages au mercure, il est important de comparer vos niveaux de mercure post-opératoire à vos niveaux pré-opératoire, de limiter la consommation de poisson pendant un certain temps et de suivre un régime de désintoxication. N’oubliez pas de réduire votre exposition aux CEM!

16 Références

Mutter, J. (2011). Les amalgames dentaires sont-ils sans danger pour l’homme ? L’avis du comité scientifique de la Commission européenne. Journal of Occupational Medicine and Toxicology, 6(1), 2. texte complet : https://link.springer.com/article/10.1186/1745-6673-6-2Jirau-Colón, H., González-Parrilla, L., Martinez-Jiménez, J., Adam, W., &amp ; Jiménez-Velez, B. (2019). Repenser le dilemme des amalgames dentaires : une approche toxicologique intégrée. Revue internationale de recherche environnementale et de santé publique, 16(6), 1036. Texte intégral : https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC6466133/Bose-O’Reilly, S., McCarty, K. M., Steckling, N., &amp ; Lettmeier, B. (2010). L’exposition au mercure et la santé des enfants. Current problems in pediatric and adolescent health care, 40(8), 186-215. Texte intégral : https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC3096006/Geier, D. A., Kern, J. K., &amp ; Geier, M. R. (2009). Une étude prospective de l’exposition prénatale au mercure provenant des amalgames dentaires maternels et de la gravité de l’autisme. Acta Neurobiol Exp, 69(2), 189-97. Texte intégral : https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/19593333/Bártová, J., Procházková, J., Krátká, Z., Benetková, K., Venclíková, Z., &amp ; Sterzl, I. (2003). L’amalgame dentaire comme l’un des facteurs de risque des maladies auto-immunes. Neuroendocrinology Letters, 24(1/2), 65-67. Résumé : https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/12743535/ Genchi, G., Sinicropi, M. S., Carocci, A., Lauria, G., &amp ; Catalano, A. (2017). Exposition au mercure et maladies cardiaques. International journal of environmental research and public health, 14(1), 74. Texte intégral : https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC5295325/Shin, S. R., &amp ; Han, A. L. (2012). Improved chronic fatigue symptoms after removal of mercury in patient with increased mercury concentration in hair toxic mineral assay : a case. Journal coréen de médecine familiale, 33(5), 320. Texte intégral : https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC3481032/Rice, K. M., Walker Jr, E. M., Wu, M., Gillette, C., &amp ; Blough, E. R. (2014). Le mercure dans l’environnement et ses effets toxiques. Journal of preventive medicine and public health, 47(2), 74. Texte intégral : https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC3988285/Ertaş, E., Aksoy, A., Turla, A., Karaarslan, E. S., Karaarslan, B., Aydın, A., &amp ; Eken, A. Y. Ş. E. (2014). Niveaux de mercure dans le cerveau humain liés à l’exposition aux amalgames. Human &amp ; experimental toxicology, 33(8), 873-877. Texte intégral : https://citeseerx.ist.psu.edu/viewdoc/download?doi=10.1.1.839.6688&rep=rep1&type=pdfMary, S. J., Girish, K. L., Joseph, T. I., &amp ; Sathyan, P. (2018). Effets génotoxiques des restaurations en amalgame d’argent et en composite : Micronuclei-Based cohort and case-control study in oral exfoliated cells. Contemporary clinical dentistry, 9(2), 249. Texte intégral : https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC5968691/ Östman, P. O., Anneroth, G., &amp ; Skoglund, A. (1994). Oral lichen planus lesions in contact with amalgamas fillings : a clinical, histologic, and immunohistochemical study. European Journal of Oral Sciences, 102(3), 172-179. Résumé : https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/8085124/Björkman, L., Lygre, G. B., Haug, K., &amp ; Skjærven, R. (2018). Mort périnatale et exposition aux amalgames dentaires pendant la grossesse dans la cohorte du MoBa basée sur la population. PloS one, 13(12), e0208803. Texte complet : https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC6286137/Dickman, M. D., Leung, C. K., &amp ; Leong, M. K. (1998). La sous-fertilité masculine à Hong Kong est liée au mercure présent dans les cheveux humains et les poissons. Science of the Total Environment, 214(1-3), 165-174. Résumé : https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/9646524/Szklarek, M., &amp ; Kostka, T. (2019). L’impact de l’utilisation des amalgames dans les traitements dentaires sur la prévalence du syndrome des jambes sans repos chez les personnes âgées. Med Pr, 70(1), 9-16. Résumé : https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/30653198/Sterzl, I., Prochazkova, J., Hrda, P., Matucha, P., Bartova, J., &amp ; Stejskal, V. (2006). L’élimination des amalgames dentaires diminue les auto-anticorps anti-TPO et anti-Tg chez les patients atteints de thyroïdite auto-immune. Neuroendocrinology Letters, 27(1), 25-30. Texte complet : http://www.nel.edu/userfiles/articlesnew/NEL27s106A01.pdfCounter, S. A., &amp ; Buchanan, L. H. (2004). Exposition au mercure chez les enfants : un bilan. Toxicologie et pharmacologie appliquée, 198(2), 209-230. Texte intégral : http://citeseerx.ist.psu.edu/viewdoc/download?doi=10.1.1.589.7613&rep=rep1&type=pdf
Cet article a été rédigé par Mark Burhenne, DDS et traduit par lesKitsDentaires.com . Les produits sont sélectionnés de manière indépendante. lesKitsDentaires.com perçoit une rémunération lorsqu’un de nos lecteurs procède à l’achat en ligne d’un produit mis en avant.