Menu Fermer

Bactéries, mitochondries et maladies parodontales – Demandez au dentiste

En tant que parodontiste qui veut raconter une histoire, je vais m’intéresser à l’influence des mitochondries sur les maladies parodontales.

Vous aimez la science-fiction ? J’ai une histoire à vous raconter qui ressemble à une simulation de film de science-fiction. La bande-annonce de mon film parle de l’invasion de bactéries dans une entité qui finit par devenir un “être humain” qui marche, qui parle et qui fonctionne. Vous êtes intéressé ?

Je fais référence aux bactéries qui ont envahi les cellules vivantes et sont devenues ce qu’on appelle des mitochondries. Ces mitochondries sont devenues responsables de la santé générale ainsi que des maladies générales de notre corps – laissez-moi vous expliquer comment.

Les premiers organismes vivants

Mon histoire de “SciFi” commence il y a très, très longtemps – il y a environ 4 milliards d’années. La vie a commencé sur terre comme un organisme unicellulaire sans noyau. Mais l’histoire avance de deux milliards d’années.

Il y a environ 2 milliards d’années, les bactéries ont été parmi les premiers organismes vivants. Certaines de ces bactéries unicellulaires se nourrissaient de composés organiques pour créer de l’énergie.

Ces bactéries ont créé du dioxyde de carbone et de l’hydrogène comme déchets. D’autres organismes unicellulaires existant au même moment se nourrissaient uniquement de dioxyde de carbone et d’hydrogène.

Puis, un événement extraordinaire et bouleversant s’est produit.

Quelques-unes des bactéries produisant de l’énergie à partir de composés organiques ont réussi à pénétrer dans certains de ces organismes unicellulaires, qui ne pouvaient pas créer leur propre énergie à partir de composés organiques. Finalement, ces bactéries se sont installées dans leurs cellules hôtes.

Les bactéries envahissantes ont créé de l’énergie pour leurs organismes hôtes unicellulaires. Maintenant, les cellules hôtes, avec une source d’énergie autonome provenant des nouvelles bactéries résidentes, pourraient évoluer en entités multicellulaires et plus complexes.

Le développement progressif de ces structures a finalement abouti à la composition de nos cellules humaines, chacune dotée d’une machine autonome de production d’énergie. L’origine de cette machine de production d’énergie est une ancienne bactérie. Ces organelles sont appelées mitochondries.

Mon histoire de science-fiction devient alors une histoire de la vie réelle.

Chaque cellule de notre corps, à l’exception des globules rouges, possède des mitochondries pour créer l’énergie nécessaire à son maintien en vie. Les mitochondries sont intégrées dans le cytoplasme de nos trillions de cellules humaines.

Certaines cellules individuelles n’ont que quelques mitochondries ; nos cellules les plus actives (comme le muscle cardiaque) peuvent contenir jusqu’à 2 400 mitochondries par cellule.

Si ces structures de type bactérien dans les cellules de notre corps ne fonctionnaient pas correctement, nous tomberions malades – très malades – et finirions par mourir. Ainsi, les bactéries ont fini par faire de nous les êtres humains qui marchent, parlent et fonctionnent, ce que nous sommes.

Fonctions des Mitochondries

Mon histoire se poursuit avec les bactéries envahissantes, qui ont évolué en mitochondries, devenant un élément vital du corps humain.

Les mitochondries sont principalement les piles de la cellule. Si les piles tombent en panne, la cellule finit par mourir.

Cependant, la production d’énergie n’est pas la seule objectif de nos mitochondries. Les mitochondries produisent également de la chaleur si nécessaire, aident à la signalisation du calcium dans la cellule hôte et dans tout le corps, et provoquent la mort cellulaire (apoptose) lorsque sa cellule hôte est endommagée de façon irréparable.

De plus, les mitochondries régulent l’insuline dans la cellule, synthétisent le cholestérol et d’autres stéroïdes et participent à d’autres fonctions requises par les cellules spécialisées.

Autre fonction critique des mitochondries est d’interagir intimement avec d’autres organites de la cellule, en particulier les peroxysomes, pour créer un équilibre cellulaire.

Les mitochondries produisent des déchets appelés radicaux libres, qui doivent être neutralisés. Si les radicaux libres ne sont pas neutralisés, les mitochondries pourraient être endommagées de manière irréparable. Dans ce cas, la cellule ne pourrait plus fonctionner comme elle a été conçue.

Par exemple, une cellule du foie ne pourrait pas fonctionner comme une cellule saine du foie ; une cellule du cerveau ne pourrait pas fonctionner comme une cellule saine du cerveau ; une cellule du tissu gingival ne pourrait pas fonctionner comme une cellule saine du tissu gingival. Dans certaines situations, la cellule peut commencer à se répliquer de manière incontrôlée et devenir cancéreuse.

Maladie parodontale &amp ; Mitochondrie

Lorsque tout fonctionne correctement, les mitochondries sont en bonne santé et fonctionnent au mieux de leur forme. Les problèmes se développent lorsque nos mitochondries sont compromises et deviennent dysfonctionnelles. Les mitochondries dysfonctionnelles sont responsables de toutes les maladies chroniques.

Une maladie chronique est une maladie parodontale.

Il semble donc que des mitochondries saines soient essentielles pour notre santé bucco-dentaire, pour la santé de nos cellules et pour notre existence. Des mitochondries saines sont soutenues par des aliments à forte densité nutritionnelle, un exercice physique efficace, un sommeil réparateur et une réduction du stress.

Si les mitochondries ne se déclenchent pas sur tous les cylindres, la maladie apparaîtra.

De plus, le microbiome intestinal est important pour la santé des mitochondries. Les bactéries bénéfiques présentes dans l’intestin produisent des substances biochimiques actives, notamment des acides gras à chaîne courte à partir des fibres et des acides aminés des aliments.

Les substances biologiquement actives créées par les bactéries bénéfiques nourrissent les mitochondries saines, soutiennent les cellules qui tapissent le côlon et augmentent en fait la diversité des bactéries intestinales saines.

Comme les bactéries anciennes étaient les précurseurs de nos mitochondries modernes, les besoins des mitochondries de nos cellules sont similaires aux besoins des bactéries intestinales saines. Il existe en fait une “communication croisée” entre le jardin de bactéries de notre intestin et nos mitochondries.

La vitamine K2 est un autre nutriment important dans tout cela.

La vitamine K2 est produite par des bactéries intestinales saines. Cette vitamine est également présente dans certains aliments fermentés, les abats, les jaunes d’œufs et les produits laitiers à base d’herbe. La vitamine K2 aide les mitochondries en augmentant leur capacité à créer de l’énergie.

Alors, qu’est-ce qui provoquera le dysfonctionnement des mitochondries ?

Les mitochondries peuvent être endommagées et dysfonctionnelles lorsque :

Les nutriments nécessaires ne sont pas disponibles dans l’intestinL’énergie créée par les mitochondries est inférieure aux radicaux libres qu’elles produisentLes mitochondries sont incapables de se réparer ou d’augmenter leur nombre dans leur cellule hôte

De plus, certains éléments environnementaux et médicaments spécifiques peuvent être toxiques pour les mitochondries. Parmi ceux-ci, on peut citer

Les xénoestrogènes (imitateurs d’oestrogènes) dans l’environnementAcétaminophène (Tylenol)Statines (médicaments contre le cholestérol)Glyphosate (Roundup)Métaux lourds comme le plomb, le mercure et l’aluminiumAutres irritants pour l’intestin

Mon protocole pour soutenir Mitochondria &amp ; Santé des gencives

Mon histoire de “SciFi” est basée sur la science médicale. Je voulais intégrer ces nouvelles informations dans un protocole pour aider mes patients qui souffrent de maladies parodontales. Le traitement parodontal doit prendre en compte le maintien de la santé des mitochondries.

Les recherches actuelles suggèrent que le soutien de la capacité des mitochondries à maintenir un équilibre sain dans la cellule pourrait sauver des vies.

À cette fin, le traitement clinique de la maladie parodontale active ainsi que les suppléments, qui favorisent la santé des mitochondries, pourraient constituer un protocole idéal pour traiter la maladie parodontale.

Une fois que j’ai diagnostiqué une maladie parodontale active chez un patient, il se peut que je doive commencer à prendre certains médicaments pour maîtriser le plus rapidement possible l’infection et l’inflammation aiguë.

Il est important que mon hygiéniste et moi-même enseignions au patient des techniques d’hygiène buccale efficaces pour son état buccal spécifique.

De plus, il se peut que je doive enlever les irritants locaux sous les tissus gingivaux. Lorsque la maladie parodontale avancée a causé des dommages aux os de la mâchoire, j’utilise le protocole LANAP (Laser-Assisted New Attachment Procedure) pour aider l’organisme à régénérer le nouvel os autour des dents endommagées.

Pour traiter complètement la maladie parodontale, j’encourage mes patients à manger des aliments à forte densité nutritionnelle et à éliminer les aliments qui endommagent l’intestin. Il existe plusieurs modes de vie alimentaires dont je parle sur mon blog.

Pour améliorer la guérison de mon patient, je recommande trois suppléments pour soutenir la santé des mitochondries – un probiotique à base de spores, un supplément de vitamine K2 et un mélange de fibres prébiotiques pour nourrir le microbiome sain de l’intestin.

Le résultat final

Sans mitochondries saines, des gencives saines sont probablement impossibles. Cependant, ces liens étroits peuvent être réparés en accordant une attention particulière à la santé intestinale et buccale, notamment par le biais de l’alimentation.

Vous voulez connaître les compléments alimentaires exacts que je recommande à mes patients ? Je suis disponible par consultation en ligne et d’offrir à mes patients en télésanté la meilleure parodontologie nutritionnelle possible.

5 Références

Kramer, P., &amp ; Bressan, P. (2018). Les mitochondries de notre (mère) et notre esprit. Perspectives on Psychological Science, 13(1), 88-100. Texte intégral : http://journals.sagepub.com/doi/full/10.1177/1745691617718356Friedman, J. R., &amp ; Nunnari, J. (2014). Forme et fonction des mitochondries. Nature, 505(7483), 335-343. Texte intégral : https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC4075653/Liu, Y., Long, J., &amp ; Liu, J. (2014). Théorie du vieillissement des radicaux libres mitochondriaux : Qui a déplacé ma prémisse ?. Geriatrics &amp ; gerontology international, 14(4), 740-749. Résumé : https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/24750368Li, X., Wang, X., Zheng, M., &amp ; Luan, Q. X. (2016). Les espèces réactives de l’oxygène des mitochondries sont les médiateurs de la réponse pro-inflammatoire induite par les lipopolysaccharides dans les fibroblastes gingivaux humains. Recherche sur les cellules expérimentales, 347(1), 212-221. Résumé : https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/27515000Georgieva, E., Ivanova, D., Zhelev, Z., Bakalova, R., Gulubova, M., &amp ; Aoki, I. (2017). Dysfonctionnement mitochondrial et déséquilibre redox comme marqueur diagnostique des “maladies à radicaux libres”. Anticancer research, 37(10), 5373-5381. Résumé : https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/28982845

Cet article vous a-t-il aidé ?

Oui Non

À lire ensuite

Cet article a été rédigé par Alvin Danenberg, DDS et traduit par lesKitsDentaires.com . Les produits sont sélectionnés de manière indépendante. lesKitsDentaires.com perçoit une rémunération lorsqu’un de nos lecteurs procède à l’achat en ligne d’un produit mis en avant.